ton absence

18 Février 2016

que c'est dur de se réveiller chaque matin, et de réaliser que non, je ne fais pas un cauchemar ; tu as bien quittée ce monde ;  je ne te reverrai plus ;  il y a bientôt 6 ans, tu as gagné le combat contre cette putain de maladie ; mais l'année dernière, elle a pris sa revanche ; elle t'a emportée ; laissant dans une immense souffrance tout ceux qui t'aimaient ; laissant orpheline deux adorables petites filles ; quelle injustice ; toi qui fût si douce, si aimante ; tu ne méritais pas toute cette souffrance ; tu méritais de vivre ; d'être heureuse, d'être auprés des tiens ;  j'éprouve énormément de colère car on a tellement prié pour ta guérison ; que ce soit ta famille, tes amis, mes amis, des anonymes ; chaque jour on a prié pour toi ; on a allumé des bougies, des cierges ; mais non, malgré tout ça, la maladie continuait de progresser, de t'anéantir ;  et bien, non, je ne crois plus que ça soit la peine de prier ; nos prières ne sont pas du tout entendues ; là-haut, personne ne fait rien, ni Dieu, ni Jésus, ni les Saints, ni les Anges ;  toutes ces bondieuseries, ce n'est plus la peine de m'en parler ;  quel injustice ; quel drame ;  c'est comme si j'avais perdu une partie de moi-même, je me sens vide ; un mois et demi après ton décès, je n'accepte toujours pas ton départ ; chaque jour qui passe est souffrance ;  même si j'ai reçu un beau message de ta part ; je ne me résoud pas que tu n'es plus là